• écrire au jardin ..suite !!!

    Le jardin est extraordinaire. D’innombrables Vies s’y enracinent.

     

    La tranquillité du lieu inspire les plantes autant que le jardinier

     

    Le rire des fleurs trouve son harmonie

     

    Parmi les chants d’oiseaux et la mélodie des insectes.

     

    Parce qu’il offre un fabuleux potentiel de Vie,

     

    Le jardin est extraordinaire pour ses locataires.

     

     Alain

     

     

                                                                                                                 

    Eclat d'écrire .... 1..suite !!!

    ..........

     

    C’est un jardin extraordinaire.

     

    Un jour de pluie

     

    Des graines, venues du ciel,

    Sont tombées dans le champ

    De rutabaga

     

    Le lendemain,

    Il faisait beau

     

    Le soleil nous a fait

    Un drôle de clin d’œil

     

    Le jardinier

    Cet homme extraordinaire

     

    A arrosé chaque jour

    Les petites pousses colorées

    Qui commençaient à lever.

     

    En secret il souriait :

     

    Il avait deviné...

     

    Moi je ne savais pas.

     

    Et quand la première fleur d’arc-en-ciel a fleuri

     

    Je crois que j’ai pleuré

    Des larmes multicolores

    Des larmes de bonheur.                

    Eclat d'écrire .... 1..suite !!!

     

     

    Isabelle

     

    .........

     

    C'est un jardin extraordinaire

     

    Plein de vie fertile en émotion,

                     en sueur, en récolte, en échange...

     

    C'est un jardin vivant qui sent bon !

     

     

               C'est un jardin où j'aime aller,

     

                             un jardin qui me fait du bien.

     

                                              C'est mon jardin secret

     

                                                               mon jardin malin

     

                                                                            mon jardin câlin.

     

    Hier j'ai vu une mante religieuse,

     

    couleur vert rainette qui me regardait cachée dans mes

     

    tomates poires... quelle histoire !! 

    Annick

     ....................

     

     

    Un jardin extraordinaire

    Fait d’ombellifères, de presque rien,

     

    Pourtant un peu spécial

    Parce que revenu de loin.

     

    Il était seul, embroussaillé,

    Son corps recroquevillé

    Ployait sous les ronciers.

     

    Son cœur battait pourtant

    Un rythme presque envoûtant,

    Son âme ensommeillée

    Ne demandait qu’à exister.

    Quelques efforts il a fallu,

    Un peu de peine bien entendu,

    pour l’extirper de sa torpeur,

    lui redonner sa vraie valeur.

     

    Petit à petit, sa vie est repartie,

    Ses forces l’ont regagné,

    Nos mains l’ont remodelé,

    Le temps nous a aidé ?

     

    De sa terre il nous nourrit

    Il purifie notre atmosphère,

    C’est pour cela qu’on le chérit

     

    Il est vraiment peu ordinaire.

    Nathalie.

     

     

    Puis arrive la seconde consigne... "Ici, dans ce jardin, de multiples acteurs semblent muets.... et s'ils s'exprimaient...!???"

     

    ***Celui qui n’a pas encore parlé***

     

    oeil qui regarde...oeil qui regarde... Les yeux du jardinier sont des portes à secrets.

     

    Par le trou de la serrure, j’aperçois une vie qui bulle.

     

    Des couleurs éclatantes, des chansons qui dansent, des petits êtres qui batifolent. Un monde extraordinaire se cache derrière.

     

    C’est l’univers tout entier dans les yeux du jardinier.

    Je vais vous dire un secret, j’ai bien peur d’avoir perdu la clef.

     

    Mais je crois que je l’ai fait exprès.

     

    Car une fois qu’elle est ouverte et que les secrets se mettent à courir, ils se transforment en souvenirs.  

      Axelle
     

     

    Eclat d'écrire .... 1..suite !!!

     

     

    ................

     

    La terre, mais c’est quoi la terre ?

     

    Le vent sur la montagne, qui érode ses sommets,

     

    La pluie, entrainant des rochers, en dévalant des pentes et qui, par sa puissance, les transforme en poussière.

     

    La terre, c’est quoi la terre ?

     

    Le bonheur de plonger ses mains dans sa chaleur…

     

    Eclat d'écrire .... 1..suite !!!

     Do.

    pour les curieux, un site sympa en cliquant sur les mains.........

     

     

    Et toi là ! Grand arbre feuillu,

     Voudrais-tu m'abriter un peu plus de ce soleil plombant ?? Demande Dame Courgette.

     

    Mais... ce n'est pas l'avis de Dame Tomate qui revendique ce soleil pour faire mûrir ses fruits, et surtout que cet arbre cesse de lui pomper son eau !

     

     Et voilà ! Dit l'arbre.

     Tous les ans c'est la même chose, je suis trop grand... ou pas assez ; trop gourmand pour certains, juste ce qu'il faut pour d'autres...

     

    Mais quand donc le Jardinier entendra t-il parler les habitants de son potager !??

     

    E2m.

     

    ............

     

    Au fond de la remise à outils, dans la pénombre, j’ai découvert deux arrosoirs vides affligés dans une brouette aussi affligée qu'eux. Ils s'entretenaient secrètement de leurs soucis...

     

     _  C'est pas possible, de nous abandonner comme ça, alors qu'on serait si bien au soleil!

     

     _  Moi, j’ai l'habitude, dit l'arrosoir A, ils ne viennent me chercher qu'en fin de journée ou le matin tôt...

     

     _  C'est pas ça le problème, coupe l'arrosoir B, c'est qu'ils nous laissent assoiffés la plupart du temps. Tiens, l’autre jour, ils m'ont laissé en plein soleil, justement, et je peux vous dire que j'étais sur le point de fondre!

     

     _  C'est vrai ça, qu'ils se fichent de notre pomme, enchaîna A.

     

     _ Ah, pour ça, continua la brouette, ils savent bien me charger aussi: qu’est-ce que j'ai pas vu passer! Et ils croient me remplir de satisfaction! Je me demande bien ce qu'ils peuvent faire de leurs fourbis. Est-ce que je m'embarrasse de tout ça moi?

     

     Si on se renversait ! clamèrent-ils alors en chœur.

     

            Avaient-ils senti ma présence ? Je m'éloignai...

     

     

     

    Eclat d'écrire .... 1..suite !!!

    J.L.

     ....................

     

     

    Je suis née d’un mariage heureux.

     

    Un atome d’oxygène, deux hydrogènes, H2O.

     

    Quand je tombe du ciel, le jardinier dit qu’il pleut.

     

    Même s’il ne manque pas d’air, il ne peut se passer d’eau.

     

     

     

    Je suis tout et je ne suis rien.

     

    Grâce à moi la Vie coule à flots.

     

    Mais sans les autres éléments terriens,

     

    Je ne peux seule enrichir le Beau.

     

     

     

    Liquide, solide ou gazeux,

     

    Je peux me mettre dans tous mes états.

     

    Me rendre immobile n’est qu’un vœu pieux.

     

    Je suis courante et ne fais que passer par là.

     

     

    Quand je brille par mon absence,

     

     Je fais pester le jardinier.

     

    Quand je l’inonde de ma présence,

     

    Je fais pester le jardinier.

     

     

    A l’instar du jardinier qui m’apprivoise,

     

    Je suis capable du meilleur comme du pire.

     

    D’humeur joyeuse, d’humeur grivoise,

     

    Je peux créer, je peux détruire.

     

     

     

    A la différence du jardinier,

     

    Il ne m’appartient pas de choisir.

    Alain

     .....................

     

     

    Confidences d’un fauteuil

     

     

    Au petit matin d’un bel octobre rond comme un soleil

     

    Le fauteuil noir dans un carré de choux, me dit, confidentiel :

     

    Oui je sais j’ai l’air seul, campé, carré, dressé et noir

     

    Noir de deuil, oui je suis vide et bien seul.

     

     

    Regarde le peuple des plantes où je campe

     

    Il s’éveille à une nouvelle et douce matinée en compagnie

     

    Les jaunes rouges orangés se murmurent le bonjour

     

    Les verts les gris gris-verts tissent leur sourdine

     

    Le vent léger enivre les senteurs affolées

     

    Autour de moi, planté là, vide et seul.

     

     

    Regarde en face de moi

     

    L’autre fauteuil noir campé, carré, encore dressé

     

    Et si vide

     

    Depuis que son jardinier a disparu

     

    Chaque matin j’attends, digne et fier, siège offert.

     

    Tout au fond de moi je crains ce triste jour de l’hiver

     

    Où mon jardinier ne viendra plus

     

    Non plus.    Eclat d'écrire .... 1..suite !!!

     

    Annette

    ..................

     

    Doudou et l’esprit des cosmos

     

    Doudou :

    Au début, la nuit, j’avais peur,

    Tout seul dans mon panier.

    Je me croyais seul au monde.

     

    L’esprit des cosmos :

     

    La nuit, le vent caresse mon feuillage

    J’en frissonne

    Mais ne me laisse pas distraire

     

    De toutes les joies de la journée

    Je fabrique le voile du possible

    Et le pose sur son petit panier.

     

    Doudou :

    Elles sont belles les fleurs

    Malgré mon jeune âge,

    J’en suis amoureux à jamais.

     

    L’esprit des cosmos :

     

    Dans le vent je chante

    La chanson des cosmos

    Et le vent fait résonner des clochettes

     

    Tandis que je protège le panier

     

    Doudou

     

    Un jour je grandirai

    Un jour je m’en irai

    Dans les bras d’un enfant peut-être

     

    Mais jamais je n’oublierai

    La paix des fleurs

    La nuit dans mon panier

     

    Petit ours en peluche

    Chantent les cosmos

    Chante le jardin

     

    Rient les fleurs à pétales déployés

    Danse le vent dans les clochettes.

     

    Isabelle

     ..................

     

     

    Le vent dans les hautes branches me murmure une douce mélodie.

     

    Et bien,et moi …. on m'oublie ??

     

    Je suis la mauvaise herbe, celle que l'on met en miettes.

     

    Mais je sers au compost et dégage une odeur suave...

     

    Et y en a même qui me mangent !

     

    Pimprenelle, plantain, laitue de St Joseph,

     

    je donne de la salade ou un gratin merveilleux.

     

     

     

    Quand le jardin est triste et peu productif,

     

    Écoutez moi et goûtez moi !

     

    .........Et toi le vent, merci pour ton accompagnement musical !

     

    Annick

     

      

    Sujet: Mise en scène d'un lieu personnifié : émotions ,espoirs ,secrets ,humeur, caractère ,un passé....

     

     

     

     

     

             Un lieu est très cher à mon cœur , c'est le Massif de la Meije dans le Briançonnais.

     

         

     

            Je dois monter le petit chemin de la montagne d'en face, pour éprouver des sensations hors du commun.   Après une heure de marche dans ce qu'on appelle "la montagne à vache", on s'asseoit et on ressent un calme, une poésie devant l'immensité du glacier de la Meije et des neiges éternelles de son sommet qui pointe vers le ciel, tout bleu aujourd'hui !

     

     

     

               C'est une joie indiscible de retrouver cette montagne toujours égale à elle-même!

     

     

     

            Est-elle consciente de me donner tant de joie?

     

     Elle est silencieuse mais elle me parle. Elle me révèle à moi-même! sa beauté brillante sous le soleil, m'inspire des sentiments de reconnaissance infinie envers la Nature toute entière. 

     

                   Elle est apaisante ,elle nous aime, nous les êtres humains qui bougeons, nous agitons sans cesse ! Son humeur est toujours égale à elle-même, elle nous rassure !

     

     

     

            Les colères des orages n'ont pas de prise sur son caractère; elle reste flegmatique devant les intempéries...

     

     

     

               Néanmoins a-t-elle des secrets à nous raconter?  N'est-elle pas préoccupée et triste de constater que son glacier fond d'année en année à cause du climat qui se réchauffe doucement mais sûrement?

     

     

     

               N'a-t-elle pas des sentiments de nostalgie et d'inquiétude vis-à-vis de son passé....d' il y a seulement cinquante ans ,où ses neiges étaient vraiment éternelles sur tout le Massif ?!!! Maintenant,il n'y a plus que les sommets qui restent blancs en été!...

     

               La Meije est une dame trop fière pour baisser la tête devant cette réalité irréversible dûe au climat.  Elle se dresse fièrement et courageusement , et pour l'éternité, enneigée ou non ,au dessus de ce merveilleux massif montagneux!

     

              

     

     

     

     

     

      Sujet: écriture très libre inspirée de l'écrit précédent.

     

     

     

    Poème....

     

     

     

             Beauté de la montagne enneigée qui brille au soleil  

     

                Beauté du glacier qui serpente entre les rochers

     

     

     

             Beauté de la mer immense , devant laquelle

     

                 On peut rester , sans voir passer le temps...

     

     

     

             Devant la montagne ou la mer

     

                  Le temps s'est arrêté

     

     

     

             Un sentiment de calme très rare

     

                  Nous envahit

     

        Le chant d'un oiseau

     

                Ou le vol d'un papillon

     

                    Vont ,seuls, réveiller nos sens endoloris

     

     

     

              Puis nous entendrons les grillons

     

                  Qui jouent à cache-cache avec les sauterelles

     

     

     

              Ou bien les cigales, en Méditerrannée ,

     

                   Et là, nous sommes complètement réveillés!

     

     

     

    Colette

     

     

     

     

     

    « ecrire au jardin ....1Eclats d'écrire se présente... »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 10 Novembre 2011 à 12:50

    This post is very interesting. I found a lot of interesting facts in it. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :